© Photos C. Duranti

La Maison dans son contexte géographique
Le Climat en Provence et ses conséquences sur l'habitat
Le contexte géologique

Le contexte géologique

La région PACA comporte, du point de vue géologique, une grande diversité de terrains se répartissant en trois grands types :

- terrains cristallins, localisés surtout dans les massifs des Maures et de l'Esterel et dans les Alpes, comportant des granites, gneiss, micaschistes, phyllades, diorites.
- terrains sédimentaires, marins ou lacustres, de natures très variées (argiles, marnes, schistes, calcaires marneux, calcaires, dolomies, cargneulles, conglomérats, grès, sables, molasses, gypses, lignites, et alluvions anciennes et récentes de nature limoneuses, argileuses ou sablo-graveleuses avec galets),
- terrains volcaniques, représentés essentiellement dans l'Esterel, avec basaltes, rhyolites, cendres volcaniques.

Ces différents terrains, qui se présentent en masses ou en couches exposent des variations rapides de nature (verticalement et souvent horizontalement). Ils ont été affectés par des poussées très importantes provenant du sud, d'où des pendages de couches variables, un compartimentage parfois très développé, avec écaillages et chevauchements d'ampleur très variable, failles et zones broyées, et fracturations d'ensemble très développées, d'où une sensibilité fréquente aux séismes.

Du point de vue hydrogéologique, on peut se trouver en présence de grands aquifères (réservoirs de calcaires fracturés ou nappes d'alluvions grossières), ou de nappes d'extension très variables, du fait des variations rapides de nature et donc de perméabilité des terrains.

Répercussions sur les fondations des bâtiments :

La région offre fréquemment une complexité géologique, une topographie mouvementée, et des variations importantes de teneur en eau des terrains liées au caractère particulier du climat méditerranéen . La définition des fondations pose souvent des problèmes qui ne peuvent être résolus que par une étude de sol spécifique, prenant en compte un certain nombre de facteurs locaux et régionaux.

Les désordres qui apparaissent au bout d'une période plus ou moins longue après la construction peuvent être attribués à un certain nombre de causes, dont la liste (non exhaustive), est précisée ci-après :

- fondations à cheval sur des terrains de nature et de comportements différents (calcaires-argiles ou marnes remblais ou éboulis partiels, lentilles de grès ou de conglomérats au sein d'argiles), du fait notamment de la présence d'une faille ou du pendage des couches,
- grande sensibilité à l'eau et à la dessiccation d'argiles ou marnes argileuses, surtout dans les couches altérées supérieures,
- existence d'argiles gonflantes,
- présence de gypse (en amas ou en couches), dont la dissolution produit des vides, parfois très importants,
- effets des variations de la hauteur de la nappe phréatique,
- effets des variations de teneur en eau, par suite d'un drainage latéral dû à la pente ou à des terrains de perméabilités différentes,
- tassements d'un banc calcaire très fracturé surmontant une couche d'argile,
- tassements par élimination de particules fines au sein des couches,
- tassements par effondrements d'anciennes galeries souterraines,
- glissements de terrains, suite à une forte augmentation de teneur en eau, soit en masse, soit banc sur banc par suite d'un pendage défavorable des couches,
- liquéfaction de limons ou sables sous-nappe, sous l'effet d'un séisme.

Pour toute information : Atelier Massot

WebDesign by  © ten.fr
web agency