© Photos C. Duranti

Le site d'implantation, les matériaux, les proportions, les couleurs, les ameublements, meubles, objets d'art.

Site d'implantation

Des nuisances diverses peuvent émaner du sol sous forme d'ondes nocives. Elles résultent de différentes anomalies rencontrées à des profondeurs plus ou moins grandes. On peut citer les courants d'eau, les failles géologiques, les poches ou cavités ouvertes, les nappes provenant de marécages anciens, les sols hétérogènes avec une strate verticale de sable et d'argile, les roches radioactives, d'anciens puits comblés ou non, des carrières anciennes etc.

D'autres nuisances peuvent provenir de l'environnement immédiat : lignes à haute-tension, usines polluantes. Un site sain est celui pour lequel il n'y a pas de frottement, de disjonction, de dissymétrie, de faille, pour lequel le sol est homogène, les couches géologiques dans le sens horizontal, sans rupture.

Matériaux qui la composent

La pierre, le bois, la terre cuite, la brique, sont des matériaux naturels qui n'apportent pas d'agression dans le comportement psychique de l'individu ; au contraire, ils contribuent à un apaisement dans leur émission vibratoire. Ils ont une âme ; ils respirent ; ils se patinent. Il n'en est pas de même pour des matériaux dits modernes. De nombreuses études montrent que les radiations qu'ils émettent peuvent entraîner des perturbations graves dans le comportement de l'individu : baisse de vitalité, torpeur, sensation de refroidissement, nervosité. Ils peuvent même entraîner des maladies nerveuses, des cancers. Ce sont les matériaux tels que les plastiques, le béton armé, les revêtements synthétiques, les tuiles en béton ou plastique, les poutres en plastique, les peintures acryliques ou vinyliques.

On ne peut les éviter dans nos constructions modernes mais on doit en user avec modération et chaque fois que cela est possible, revenir à des matériaux qui ont fait la preuve de leur bon comportement.

Proportions générales - forme

Les formes également émettent des vibrations, des ondes, qui peuvent être plus ou moins nocives pour celui qui séjourne à l'intérieur. Les formes agressives, asymétriques, sont mauvaises. Une pièce construite dans de mauvaises proportions, trop hautes, trop basses ou trop en longueur, avec des angles saillants, aigus, des arêtes tranchantes, influencera beaucoup les personnes cloisonnées à l'intérieur. A l'opposé, une pièce qui respectera les proportions du nombre d'or, du carré ou du double carré, dont les angles seront adoucis au niveau du plafond et du sol, mettra incontestablement l'occupant dans un volume agréable, de nombreux bienfaits se ressentiront sans qu'il attribue de mérites à ce simple fait ; il sera mieux dans sa peau, l'esprit plus clair, plus ouvert.

Quand on observe avec précision les proportions d'une pièce commune ou d'une chambre dans l'habitat provençal, on obtient la certitude que cette recherche de la bonne proportion se vérifie ou s'en approche même si au départ, fixée d'une manière empirique, elle n'a pas fait l'objet d'une étude précise. Si cette justesse de proportion est venue en quelque sorte d'elle-même, c'est que celui qui l'a tracée l'avait naturellement en lui.

Les pièces que l'on rencontre ne sont jamais des rectangles et des parallélépipèdes parfaits. Les diagonales ne sont pas égales. Les parois ne sont pas d'aplomb, elles ont un fruit ou un contre-fruit ; ceci est dû à une imprécision dans le tracé pour s'arranger avec ce qui existe et ne pas maltraiter le matériau. On préférera laisser une grosse pierre plutôt que de la trancher, faisant fi du fil à plomb, de la règle, du mètre. Il est certain que, lorsque l'on vit dans une pièce tirée au cordeau, dans un volume trop parfaitement rigoureux, on est en quelque sorte happé par cette rigidité glacée. On s'y sent moins bien que dans une pièce plus douce, plus fluide, où la main de l'homme qui l'a construite s'est faite souplesse, générosité, attentive à ne pas brutaliser.

On constate également que ce ne sont que courbes et contre-courbes, pas d'arête tranchante, saillante ou avancée, un jeu constant dans le fait de vouloir toujours adoucir, toujours lier. Il suffit, par exemple, d'examiner un simple escalier avec sa structure en bois et son habillage en plâtre, pour se rendre compte de ces prouesses dans le montage.

Couleurs harmoniques

La polychromie, telle qu'elle nous apparaît dans l'habitat traditionnel, est tout aussi décisive dans le rapport énergie-rayonnement . Des études récentes montrent que les couleurs peuvent avoir une répercussion sur le comportement humain. Elles peuvent guérir, régénerer l'individu ou tout autant avoir une influence néfaste.

Des sources diverses, comme le taoïsme, le tantrisme tibétain, ont montré l'utilisation de la lumière et des couleurs primaires : blanc, jaune, bleu, rouge, vert, pour la revitalisation d'énergie dans les organes mais aussi comme source d'émission que capte notre psychisme.

La couleur des pièces va rayonner d'une manière constante même la nuit. De bonnes couleurs vont apporter un sentiment de sécurité, de joie, de sérénité. De mauvaises couleurs peuvent engendrer une peur, des angoisses. Un individu réagira différemment selon qu'il vit dans une pièce peinte en noir ou en rouge ou dans une pièce jaune ou blanche.

La couleur modifie les proportions : elle peut agrandir, diminuer, renforcer l'intégration dans un site ou au contraire la déstabiliser. Les exemples nombreux pris dans le contexte traditionnel montrent le pouvoir de la couleur et apportent une large contribution à cette démonstration.

Le vide dans la maison

Cette notion du vide est aussi importante, bien qu'elle soit difficile à mette en évidence. C'est une notion qui conduit à l'essence des choses, à la vacuité de toute apparence. Un volume qui recèle cette qualité ne s'impose, ni ne contraint; Il s'exprime avec fluidité, il coule en quelque sorte "de source" et ne se fait pas sentir car il a été conçu avec cette notion bien que celle-ci n'apparaisse pas.

Meubles, objets d'art

Enfin, les meubles, les objets d'art peuvent émettre dans certains cas des ondes nocives qu'un simple examen de radiesthésiste permet de déceler. Dormir avec un téléviseur dans la pièce est mauvais. Les meubles en métal, en matière plastique le sont également, de même que les rideaux en matière synthétique. On réalise de plus en plus de matériaux en polyester qui, peu à peu, s'immiscent et remplacent les matériaux naturels.

Les coins d'une pièce émettent des ondes négatives qui se réfléchissent de murs en murs pour créer en cascade une saturation générale. Un lit ou un meuble ne doivent pas être placés dans un angle ainsi qu'une cheminée. On a vu que des plantes vertes placées dans les coins dépérissent. Nous citerons l'exemple d'une dame qui se plaignait de migraines et de raideurs. Un radiesthésiste appelé pour examiner la pièce dans laquelle elle vivait détecta des sources d'eau sous la maison, un meuble en coin et au dessus, une dissymétrie dans la charpente .

Des oeuvres d'art, des meubles, des objets chargés, peuvent à eux seuls avoir une influence pernicieuse sur le psychisme de l'individu qui les côtoie constamment. D'autres en revanche, peuvent offrir des sources d'apaisement et de joie. La qualité de leur facture, du matériau qui les compose, génèrent alors une harmonie et enrichissent les espaces. Un tableau, à lui-seul, peut intervenir directement sur une façon d'être et contribuer à une sérénité. C'est d'ailleurs ce qui en fait toute sa valeur.

Pour toute information : Atelier Massot

WebDesign by  © ten.fr
web agency